Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le tour du monde selon st James
  • : Blog a forte portee pedagogique et resolument incorrecte James et son tour du monde
  • Contact

Recherche

Archives

25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 14:33
Uluru image emblématique de l'Australie aborigène. A sa vue on est transporté dans un autre temps, le temps de la mythologie aborigène : le temps du rêve.
Dépôt du spaceship à Adelaid et vol pour Alice Spring.
Le lendemain départ pour le parc national de Uluru et Tjuta, en anglais Ayers Rock et les monts Olga. J'ai contacté une agence (the rock tour) pour l'organisation de ces trois jours. 
Nous débarquons dans un hotel backpacker (le tody's) annexe d'un resort ou nous disposons de deux piscines, wifi et tout le toutim. Une bonne opération.
Le soir nous explorons Alice Spring, c'est pas très grand, nous accédons au centre ville ou se situent les bars et les agences. Parmi les bars il y en a un qui relève notre attention : un « Saloon ». 
Je m'y crois totalement, je pousse les deux battants de la porte d'entrée en gueulant « ca sent le taureau par ici » et m'arrête pour jeter un coup d'œil à l'intérieur en marquant un silence... et en essayant de remettre ma tong qui vient de se barrer.
Le décors à l'intérieur est tout droit sortie des films de western. On y trouve fusils, revolver, bouteilles de Jack Daniel and Jim Bean, une vielle caisse enregistreuse et des gueules de chercheurs d'or : Chapeau et barbe de 20 centimètres à la Zztop. Dans le bar résonne powderfinger, wolfmother (woman) et acdc.
Quelques litres de bière et de Jim Bean 12 ans d'ages plus tard, nous nous replions dans notre piaule. Nous constatons que la chambre a été envahit par les germains. Avec Dan on se serait presque insurgé contre ce retour à l'histoire si pour armes elles n'étaient pas revenues de la piscine les seins nues en petites culottes en dentelles et 3 dégrée d'alcool. C'est beau l'union européenne.
Le lendemain départ à 6h du mat, car les distances sont longues pour accéder aux sites. Il est prévu de passer les nuits à la belle étoile dans des swag, sac de couchage renforcé et matelassé. 
Nous sommes au cœur de l'outback dans un paysage semi aride. La terre est rouge et la végétation presque vert fluorescent ce qui donne des paysages saturés en couleur. 
Le king canyon, kata Tjuja (les monts olga) et Uluru (ayers rock). 
Le deuxième jour, 
Nous sommes à quelques kilomètres de Uluru et déjà il apparait comme quelque chose de profondément mystique. On l'imagine aisément comme la partie émergé d'un titanesque rock à l'instar d'un iceberg ultime témoignage de temps immémoriaux.
Lorsque l'on se rapproche, c'est encore plus étrange et saisissant. Uluru est un monstre à plusieurs visages s'étirant, hurlant, s'extirpant, se contorsionnant comme pour résister contre une claustration ou une solidification. Statufié pour des millions d'années, comme l'histoire qui se fige des lors qu'elle est écrite. 
De larges entailles dans le rock laissent apparaître les entrailles du monstre comme un animal mort laissé aux charognards.
Ces endroits ont des histoires, en générale plutôt violentes (notamment de vengeance) qui expliquent la formation particulière de la roche. Ces sites sont sacrés et sont le lieux de cérémonies et de rites qui perdurent.
Car Uluru raconte des histoires du temps du rêves. 
Le temps du rêve est l'époque précédant la création de la terre ou tout était esprit et immatériel. Il explique l'origine du monde et regroupe les histoires traditionnelles transmises oralement ou par peintures de génération en génération. Le temps du rêve est le fondement de la société aborigène.
Plus que quelques minutes, le soleil est à dix degrés au dessus de l'horizon et Uluru est éclairé d'une lumière incroyable, rougeoyant à l'extrême.

Uluru pano 
Partager cet article
Repost0

commentaires