Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le tour du monde selon st James
  • : Blog a forte portee pedagogique et resolument incorrecte James et son tour du monde
  • Contact

Recherche

Archives

17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 13:02

Retour vers UB. Ville grise ou tout les premiers jours du mois la vente et la consommation d'alcool sont interdites, mais les filles sont plutôt jolies.
Première nuit agréable dans un vrai lit.

2 octobre, putain 40 ans, j'ai le moral au plus bas.
3 octobre, j'achète des billets de train pour Beijin et quitte la mongolie. Bizarrement un peu nostalgique, j'aurai bien voulu en avoir plus, mais les deux dernières semaines étaient particulièrement dures.

Passage de la frontière chinoise : 3h. Vérification des passeports et changement d'essieux. Eh oui la largeur entre deux rails entre la chine et la mongolie ne sont pas les même. Des "clonck" signalent que la procédure à commencer. Les wagons sont détachés un à un, puis élevés avec ses passagers. Les essieux sont changés, les wagons redescendus et rattachés. 



Mais tout ça n'est qu'un prologue, je reviendrais... en forme 
J'éprouve déjà de la nostalgie

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 12:16

Le 26 septembre.

Apres avoir crever trois fois en moins de 48h, nous faisons halte à karakoroum pour prendre du matos en prévision d'une nouvelle crevaison. Pendant que Houlti parlemente avec le garagiste, nous prenons une série de photos de rue. C'est alors que trois bambins passent devant nous. C'est la bande de potes qui déambulent en quête d'une conneries à faire. Ils nous interpelent et nous commençons à tapper la discute. On ne se comprend pas mais le dialogue passe comme même. On se marre, on se montre différentes manière de se dire en revoir avec des check (on se tappe point à point). Je leur demande s'ils en veulent des bonbons et leur tend le sac. Ils ne se servent pas mais tendent respectueusement les deux mains ouvertes à plats, les doigts sérrés, et attendent la distribution. Je leur remet des deux mains leur lot de confiseries. Nous nous saluons collectivement d'un Bahirta, nous reprenons chacun notre route. J'ai le sentiment d'avoir vécu un moment unique.

      

Le soir nous dormons sous tente dans la forêt, une seul pensée en tête : le projet Blairwitch.

      28 septembre
 

Retour d'infos des guides du nord , il fait très froid et il a neigé. Les reseaux du nord de Moron ferment un à un, je dois renoncer à monter dans le nord voir les tsataan. Nous montons tout de même vers le lac tasgaan nur. Le lac est né des suites d'une éruption volcanique qui a bouché le cours de la rivière. Le lac au coucher du soleil est magnifique, l'eau est transparente et pure.

Nous dormons dans une Ger. les yacks ont envahit le campement. Impossible d'approcher les bêtes sans les éffrayer, cependant nous apattons un petit yack qui prend l'index de Hilun (l'autre australienne) et mon doigt pour le pi de sa mère. Tout doucement nous commencons à carresser la bête, qui en profite pour faire une grosse lechouille à Hilun.

Deux jours sur place où j'en profite pour faire une ballade de 20 km et ne manque pas de me faire charger par un yack bien cornu.
 



Partager cet article
Repost0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 10:38
Bon que je compte, on est le 25 ça fait 10 jours que j'ai pas pris de douche, holà oui !!! J'évite de lever les bras
Le jour, tu fonds et te charges de toutes les poussières de la journée. et la nuit venue l'ensemble se solidifie pour créer une croûte dure et ainsi de suite pendant plusieurs jours. A la fin tu retires tout ça au marteau piqueur et tu le manges c'est très protéiné. c'est comme ça qu'ils arrivent à vivre plusieurs jours dans le désert sans nourriture. Tu me crois pas !! va voir chez les grecs si j'essuie !!
Heureusement notre charmante guide a pensé à tout, nous arrivons à un endroit très touristique mais ca fait pas de mal parfois, les hotspring, alors pour les incultes il ne s'agit pas d'un groupe de rock ni d'une marque de sous vêtements féminins vendus dans les magasins érotique de pigalle, mais de sources d'eau chaude. On peut enfin se décrasser. Mais la mégère nous voit venir avec nos serviettes et nos savonnettes. Marc (un compère australien) a déja mis un pied dans le bain d'eau chaude.

 

La patronne chope Marc par le bras qui pousse une cri de douleur. Alors faut savoir que la mongole est d'une force extraordinaire. On doit passer à la douche before.

Le site est particulièrement remarquable de sérénité, les chevaux broutent aux pieds des ger, tandis que des écureuils y pénètrent en action commando pour chourer des carottes. 
Une fois dans l'eau chaude rahhhhhhhh... putain que c'est bon. 
Au loin les yacks piquent un speed et filent dans la foret. Aux sources d'eaux chaudes, il y a des arbres. Je sens ma crasse qui se délite et mes muscles qui se dénouent pendant que des chevaux viennent nous coller leur museau dans l'oreille et nous faire chier merde !!!!
Le soir venu repetita sous les étoiles, oh my god, c'est incroyable cette sensation. Au chaud dans l'eau, par un froid de canard entrain de mater la voies lactée. 
Cette nuit là les loups ont hurlé, oui madame !!! certainement pour leur pote qui s'est fait descendre et dont la peau orne l'entrée d'un enclos.
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 10:26
Nous traversons des villes qui ressemblent parfois à des villes fantômes, des tronçons de machines industrielles sont posés ca et la à l'abandon. Pas de grands buldings .Avec le vent, on pourrait presque imaginer les enseignes de saloon se balancer avec un léger couinement. Nous sommes dans le far east.
Les maisons en dure des mongoles sont de taille aussi réduites que leur ger. Il y a juste un enclos fait de planches qui délimite la propriété. C'est super tristounet et fait un peu bidonville, mais la richesse d'un mongole ne se compte pas à la superficie  de son habitation.
Le 24, nous arrivons au point de départ d'une excursion en cheval. Nous observons notre hôte préparer le repas en brûlant une tête de chèvre et ses 4 sabots afin de supprimer les poils et le premier épiderme. Notre repas du soir.
La tête à vraiment une allure diabolique.



Pendant que les mongoles s'attachent à l'épluchage des sabots et de la tête, j'en profite pour parler deux mots de français à un québécois qui a tout largué avec sa famille pour partir en vadrouille pendant un an. Bel exemple de confiance en soi.
Départ à cheval, ca marche, ca trotte mais ca galope pas. Mais nous trottinons dans de super beau paysage, et ca c'est super cool, plus cool que fonzi. ah nature quand tu nous tiens !!! benoit-poolvordais-je intérieurement.
Je tente de motiver mon cheval : par une série de "tchou tchou" en talonnant au même moment, "tchou... tchou, tu vas avancer gros batar, je te préviens je vais descendre et t'en coller une grosse dans ta tronche de canasson "
Ah, mon cheval a enfin une crise de folie, il s'est aperçu qu'a force de trainer il était à la bourre et se sent subitement menacer d'être tout seul. 
Il pique un sprint dépasse les derniers puis ceux du milieu du groupe alors les autres chevaux se disent, s'il court c'est qu'il doit y avoir une raison alors les autres se mettent aussi à courir, et mon cheval se dit "merde s'il court c'est qu'il y a une putain de meute de loup derrière nous" bref finalement le parcours jusqu'au col qui devait durer trois heures à finalement mis une heure. pas mal.
Les chevaux se sont arrêtes de galoper à la première grimpette, en plus d'être des benêts de première, ils n'ont pas jambes. En fait ce que j'adore chez le cheval c'est sa viande.
Deux jours à cheval bien sympas pour parcourir comme il le faut ces paysages somptueux
.
 
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 09:22


Et c'est reparti, voila je sais à quoi me fait penser tout ça Fmmur: "roule roule train d'enfer "
Nous approchons d'une grande dépression, ici il y a des millions et des millions d'années vivaient des moules et des dinosaures. En fait Moungo nous apprend qu'il y avait l'océan et des dinosaures, c'est d'ailleurs dans cette contrée qu'a été trouvé un des premiers squelettes, un distrait qui l'avait perdu.
Bon ca casse pas des briques à vrai dire, je gaudriole : pas de quoi ronger un os. Le soir encore une ger, comme en 18 on peut penser que c'est la der des der ou  like a virgin ger for the very first time.
Le soir encore ces lumières et ses couleurs, du couchant et une ciel toujours aussi bleu. Encore une nuit d'un froid d'enfer, monter dans le nord me parait déjà contre indiqué, ce que me confirmera plus tard deux canadiens du Québec.
On est le 22 au soir nous débarquons dans la famille du chauffeur Houlti après avoir vu un super gros temple en ruine.
Bien sympas, le lait de cheval s'impose pour l'occasion, ainsi que de curieux biscuits fait en béton armé. On en a tous pris un puis avoir plus ou moins essayé de le croquer nous avons du renoncer;  Damned même le chien n'en veut pas. Nous l'avons mis discrètement dans la poche en pensant que cela toujours caler un lit ou que cela ferait un très bon combustible. 
Le soir même, pendant que ses parents trayent des chevaux, le fils de notre hôte joue la vedette dans notre ger, il doit avoir 5, 6 ans tout au plus, mais il est déjà habillé comme un vrai petit mongole.
Ce petit garçon est un véritable petit phénomène et il faut l'observer entrain de s'occuper de son chien.
Au petit matin, j'ouvre le poil les biscuits sont toujours là.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 08:03
En fin de journée, on campe dans une ger aux pieds des dunes. Je vous passe encore sur ce grand moment bucolique et pastorale et totalement amazing. Il n'y a pas d'autre mot vu que l'américaine que l'on vient de croiser ne s'en époumone. Et puis ça se décline à tout les temps, 'it's amazing" it was amazing" "blablabla amazing" etc... je vous la fait pas au subjonctif.
Depuis qu'il est permis de regarder les étoiles à nouveau, je ne peux compter le nombre d'étoiles filantes qui anime le ciel nocturne. Ce soir là, il s'est passé quelque chose de complètement "amazing"  dites vous, non d'irréel. Le soleil s'était caché depuis 1h37 environ, lorsqu'un halo lumineux s'est formé dans l'atmosphère. Tout d'abord de la largeur de mon pouce à porter de bras, le halo s'est rapidement élargi pour couvrir la moitié puis la totalité du ciel pour finalement s'estomper. J'ai pas eu Michel au téléphone, Michel tu connais pas michel chevalais le prix nobel ?. Bref, nous pensons qu'une étoile filante a explosé au dessus de notre tête et que ses résidus éclairés par le soleil ont formé ce fameux halo. Ca n'a pas duré plus d'une demi heure. Au départ on pense à la fin du monde, la venue des extraterrestres et puis enfin de compte, rien de plus qu'un satellite qui s'écrase.
Deux jours pour récupérer des kilomètres de pistes ce n'est pas trop en fait.
Lendemain farniente, j'en profite pour escalader les dunes alentour pour avoir un panorama et prendre le temps. 250 mètres de sable à gravir.
Je met 1h30 pour accéder au sommet (sa race),  je suis à bout de souffle. Il me revient en tète une chanson de powderfinger (des amis australiens qui ont un petit groupe sans prétention qui vendent des millions de disques)  "there's a place for us, siting here and waiting for the sun"
cette chanson m'accompagne depuis un moment et casse mes moments de doutes.
Nous avons loué des chameaux pour se faire une petite course. Je vous rassure, un chameau c'est aussi con qu'un dromadaire et pas moins intelligent qu'un cheval. je vais en faire gueuler certaines.
Ca se dirige facilement, maintenant pour les faire avancer c'est une autre paire de manche. mais un "tchou" suffit à leur faire comprendre que vous êtes le maître à bord. Jusqu'au moment ou des "----" de chevaux se sont mis à s'affoler à notre approche semant par le coup la panique chez nos chameaux. Après ces cons la se regardent : "au fait tu courrais pourquoi toi ? ben parce que tu courrais, ben moi je courrais parce que tu courrais"
Dans ces moments la il n'y a qu'une chose à faire, t'accrocher comme un chat s'accroche à une branche suspendue au dessus d'une piscine. J'en rigole encore.
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 07:32
Campement dans les montagnes, parmis les yaks, les Ibex (sorte de gazel ou plutot de chamois), marmottes et les loups. Super endroit en prélude au désert.
Pour le coup nous dormons dans nos tentes individuelles, on est 2450 d'altitude. Je sors l'armada anti froid. Au matin, une pellicule de glace à recouvert le paysage. la nuit a été particulièrement glaciale. En plus le sol n'est pas non plus particulièrement confortable. Heureusement c'est l'heure de la pub : le matin du mal à démarrer à cause d'une gelée sur les coups des trois heures du mat, pas de soucis, bois un flacon de vodka chengis kahn et mange ton fois de mouton au petit dej"
la vodka sert aussi à la digestion des parties coriaces du mouton.
Tout ceci me donne envie de poéter :
Mongolie 
nature magique, nature mater, nature harmonie, 
ça m'enchante particulièrement quand je te mange au petit dej.
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 00:00


Petit thé du matin, et mongolian food et c'est parti direction le désert de Gobi. 
Il est temps pour nous de connaitre le basic de la langue mongole. bonjour : sembano, 
salut : bano, en revoir : bairta 
comment tu t'appelles : mini mir (mais il fait le maximum)
je te trouve très joli : bibol kouroun
t'es qu'une grosse chienne et j'aimerai te péter le cul : ?????.

A propos de chienne, une description de notre guide s'impose. Au cas ou vous ne l'auriez pas compris, moungo est une très joli fille,  les cheveux longs noirs, deux grands yeux surmonter de sourcils parfaitement dessinés. De plus elle est vraiment smart, speed, a de l'humour et puis ses joues de petites filles légèrement meurtries par la froidure du mois de septembre, permettez que je retiennent mes larmes, lui donne a un petit coté chihiro (myazaki) qui me charme totalement. De surcroît elle porte magnifiquement ses petites bottes en cuir et sa cravache.
Ok, je vous entend avec votre air de parisien, "oui mais ce sont des culs terreux, ils se lavent pas, blablabla bla bla bla" déconnez pas les mongoles sont bien foutues, des jambes, un cul légèrement rebondit, des petits seins sympas.

Le temps de cette introduction de mise, et nous voici en contact avec le désert de Gobi, nos premiers chameaux, nos premières dunes, nos premiers émois.

Ce coup ci on a droit à notre lait de chameaux, pas mauvais du tout. Au fait si tu fini le bol que l'on te donne des deux mains (sinon tu chies sur qui tu sais), et bien on te ressert. Pour signifier que tu as terminé, il faut en laisser au fond. Au début je voulais paraître poli et dire combien c'était bon leur thé au beurre de yak salé. Bon à la troisième coupe, je me sentait plus très bien, j'ai du renoncer à la terminer.

Entre temps pause déjeuner en plein milieu de rien, en conséquence de quoi, il me serait bien difficile de vous démontrer qu'on était au milieu. Comme seul être vivant nous avons croisé une famille de nomades qui roulait en bécane et avait crevé un pneu, réparation in situ.
Lors du déjeuner après le café, tu te dis j'en profiterai bien pour lâcher ma contribution pour le renouvellement des gisements carbonés. Tu regardes autour de toi tu fais un tour, puis un deuxième pour bien comprendre ce qui t'arrive, tu te dis merde c'est pas vrai, tu refais un troisième tours et t'en viens fatalement à l'ineructable conclusion : il n'y a pas un arbre, pas un arbuste, pas un glissement de terrain, pas une butte derrière laquelle te cacher pour faire ton cake. 
 

 
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 04:48
Je profite de ces heures de trains jusqu'à shanghai, pour terminer mes articles sur la mongolie.
Donc les articles suivant sont relatifs à la mongolie.
 
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 18:06
Debout, départ du train à 11h05 à la gare de Bejin sud. 
Hier soir en mangeant un hot pot sorte de fondu avec légume et viande, je me suis cassé une dent. Ce matin le morceau est parti  au brossage, la journée commence bien.
Bref j'enchaine,petidej, pack, checkout, et demande un taxi pour la gare. Nirao es possiblé to call un taxi , chéché (oui je suis polyglotte). Elle prend acte de ma demande et se barre; j'attends. J'attends. Reste un heure pour prendre le train.
Je la vois réapparaître : " heu mon taxi ?"
- il doit me rappeler. Je traduit directement du chinois
Plus que 45 minutes, je me casse va dans la rue, pour attraper un taxi.  
5 minutes plus tard je suis dans le taxi, je lui indique poliment que je dois me rendre à la gare bejin sud 
" I need to go to the fuck'n south bejin railway fuck'n station, can you go there quicly with you fuck'n car b'cause my fuck'n train is @ eleven "
Le mec a compris le message, mais la gare est comme même à 16 km.
Tain il part vers le nord, ok pour rattraper le périphérique, ok direction sur, hola evitement du pieton, tourne à droite, putain de vélo !!!!!
Un touriste s'est élancé sur la route au moment ou il tournait. Résultat le vélo a volé alliterais-je tout en contrepetant.
Discussion engueulade, je lache 20Y pour le driver et en cherche un autre, le temps est desomais compté, mais c'est encore possible.
Je choppe un autre Taxi,10h40 roule roule train d'enfer !!!
Embouteillage , grhhhhh
10h57 la gare est à 200 m, feux, rouge, puis vert, on est coincé derriere une voiture, j'ouvre ma fenetre et adopte la french attitude, classe, dignité et sérénité : " pousse ton gros cul de merde je vais rater mon train du con"
Reste une minute. merde je doit passer un contrôle de sécurité...
1mn plus tard je vois mon train s'éloigner...
Soyons positif, j'ai pu manger mon roast duck, trop bon !!!!!!!!
Partager cet article
Repost0