Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le tour du monde selon st James
  • : Blog a forte portee pedagogique et resolument incorrecte James et son tour du monde
  • Contact

Recherche

Archives

3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 07:14


Bon quelques news de votre freerider préféré.

Je suis toujours en chine dans un village au sud de guilin à yangshuo. Super reposant le village, j'alterne les activités de méditation et d'écriture entre chez kely's le bar 98 et la Alley's bar. Quand je sens un petite tendinite à force d'avoir trop levé le coude, je file chez Tina la masseuse qui repousse les vilaines petites contractures.



Hier j'étais décidé pour une séance de Taichihuan, mais je suis carrément arrivé à la bourre. Biscotte, hier j'ai loué un vélo pour faire le tour de la région. J'ai pédalé toute la journée, c'est pourquoi aujourd'hui j'ai pris option repos. J'ai passé une super journée. J'ai rencontré des chinois très sympas qui cherchaient leur chemin. Finalement ils ont pris un guide. Je me suis joint à eux et le guide nous a emmené tout en haut d'un pic et fait visiter un vieux village du coin.

 

Unbelievable !!!

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 08:20

Dernier jour à Hong Kong, j'en profite donc pour écrire mes mémoires.

Devant moi j'ai l'île de Honk Kong, on peut rester scotché des heures à regarder les tours et les bateaux qui passent. Je me suis installé dans un starbuck café pour un cappuccino frappé. Quand on a pas trop le moral, rien de tel que de revenir aux fondamentaux. Il y a des valeurs comme ça qui rappellent la France : le starbuck café, le Macdonald et les crevettes Buba gump.

Sur ces considérations purement existentielles, je prend mes doigts de reporters du bout du monde pour vous écrire ces quelques lignes : lignes lignes lignes. Putain j'ai honte.

D'abord mon arrivée à Hong Kong, plutôt hard en fait. Je choisit une pension dans le centre de Kowloon.

Hong Kong c'est hyper cosmopolite, indiens, africains, chinois, européens, américains s'entrecroisent dans les rues dédiées à la consommations. L'enseigne de ma pension affiche Chunggis Mansion. L'endroit ressemble plus à Barbes qu'aux champs Elysée et fait carrément coupe gorge.

« Copy watch, copy rolex, chanel , gucci, suite, room » phrase du « jour ». Tous les 5 m t'es alpagué par un indien qui essaye de te refiler sa came. Je rentre dans la galerie menant à la pension que j'ai noté sur mon calepin. En fait le bâtiment de 15 étages est une ville à lui tout seul : hôtel, pension, shop, échoppe, restaurant, banque, on trouve de tout.

15 mn plus tard je suis dans ma chambre. Elle ressemble à un bloc opératoire avec ses carreaux blancs sur les mur : charmant. Les toilettes lavabos et douches sont confinées dans 1,5 m2.

Faut savoir que la vie est super chère à HongKong comme à Paris voir plus cher et pour dégoter une chambre dans les budgets c'est mission impossible.

 Après quelques heures de repos, je sors pour assister à événement à ne pas louper à Honk Kong : « the symphony  of a light show ». Reprends avec moi tu ne l'as pas lu avec suffisamment d'entrain et d'enthousiasme : The SYMPHONY of THE light SHOWWWWWW !!!! » A 2àh pétante et pendant un quart d'heure les grattes ciels s'illuminent et s'éclairent au rythme d'une musique. C'est magique et tellement kitsch.à la fois C'est asiate.

 

Durant la semaine, je me ballade. Victoria peak (Vue plongeante de  Hong Kong ), le grand bouddha, les villages de pécheurs Tai O, les marchés et les rues de Hong Kong: Temple street, shanghai street, tsim sha tsui.

Entre temps, j'ai fait la connaissance d'un allemand David avec qui je bouge dans HongKong.

Hong Kong, c'est des néons, des enseignes, des magasins,de fringues chaussures électroniques, des restaurants de toutes origines.

Contrairement à ce que l'on peut penser c'est pas à Hong Kong que tu fais de bonnes affaires en matériel électronique et photo. Sauf pour David qui a obtenu un Canon D7 à 1350€ au lieu de 2100 en France.

Hong Kong c'est aussi bien sur des tours d'habitations et de bureaux gigantesques. J'ai compté plus de 40 étages pour une tour d'habitations.

Le soir c'est bibine à SoHo. Un quartier ou l'on rencontre essentiellement des putes et des expatriés mais super bien équipé pour ce qui est de l'alcool.

 Les chinoises de Hong Kong sont particulièrement hum sexy et du coup on les confond souvent avec des professionnelles. En fait elles s'habillent souvent en petit short et des bottes ou sandales ce qui leur donne un coté assez énervant... pour les femmes des expats.

Donc bien évaluer son coup avant d'y aller. D'ailleurs c'est scandaleux que dans le guide du routard il ne marque rien à cet égard. En fait pour le guide du routard, le routard est un ascète qui ne vit que pour le voyage, la nature et n'éprouve aucun désirs sauf celui d'aller se taper 6 h de marche pour aller voir un martin pécheur attraper une carpe de 10 kg et y ressentir un sentiment de plénitude incommensurable.

Hier départ de mon comparse, d'où achat de rolex de dernières minutes à temple street. Pour 100€ t'as une copie conforme à une grande marque, like Rolex , Tag Haeur. Tu choisis d'abord sur catalogue et on t'amène en arrière boutique.

Puis on a rejoint deux journalistes Hong Kongaises pour aller diner. Elles nous ont fait découvrir les spécialités de Hong Kong : les Dim Sum et le BubbleGumMilkTea, rien à voir avec les positions du kamasutra.
Les Dim Sum sont des raviolis et encas cuits dans des petits paniers, quant au bubblegummilktea, il s'agit d'un thé au lait avec des morceaux de gelé à l'intérieur, la jeunesse en raffole.

Je suis rentré à une heure du mat, en arrivant , t'es alpagué par des africains : « hashich, coke, girls » phrase de nuit.

Bonsoir.

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 17:49

Autrement dit dans le texte en français : les montagnes jaunes. A quelques centaines de kilomètres de ShangHai.
Ce sont des pics de granites émergeant d'une part du sol d'autres part des nuages ce qui donne au lieu un aspect fantastique. C'est d'ailleurs une des images les plus connues de chine que l'on voit représentée sur les peintures.
Sur place les distances sont assez réduites, on passe d'un site à l'autre sur un demi kilomètre.
 
Arrivé à Tongkou, et après y avoir passé une nuit, départ pour la eastgate. Il est très tôt et je pense ainsi éviter la foule. Mais non. Dès le ticket office je suis déja entrain de jouer des coudes avec les chinois. Un moment d'inattention et en voici un qui vous grille.
Après en avoir écraser quelques un, j'embarque dans le téléphérique. La monté est très raide, mais en dix minute on atteint le sommet. Pas loin de huit cent mètres de dénivelé.
Je commence par le coté Est du bloc montagneux. Le paysage est vraiment imaginaire. Des apiques vertigineux, des pins suspendus au dessus de 300m de vide. Pas de mer de nuages pour l'imagination, mais des noms évocateurs : la mer de nuages de l'est, le pic de jade , le pic du lotus, le pin sur le pinceau...


 
Le soir je tente le coup de poker : trouver une chambre au sommet pour me lever à 5h du mat et assister au crépuscule. J'avais déjà fait quelques tentatives au téléphone, mais tout était complet.
Toutefois, je note néanmoins un dortoir en face d'un grand hôtel. 
Je lache 80 Y pour un lit, j'ai pas le choix. Pour vous décrire l'endroit, avez vous vu les émissions d'envoyer spécial sur les travailleurs chinois a Dubai : 6 mecs confinés dans 4m2, conditions insalubres. les lits sont composés d'un planche et d'une couverture et d'un matelas de 5cm d'épaisseur. 
Le mec veut me montrer les toilettes et les douches, mais dans ma tête je suis déjà résolue à ne pas payer 15€ la douche dans un endroit aussi sale.
Fin du premier acte.

Je crapahute dans les montagnes et j'en prend plein les yeux. Les déplacements sont facilités car les sentiers ont été bétonnés. En revanche tu choppes du dénivelé, pour passer d'un point d'observation à un autre. En fin de soirée je rejoint  le sommet le plus haut (1840m) pour le sunset. 
 
Après le couché de soleil dans un ciel brumeux, je redescend jusqu'au dortoir.
Je rentre dans la chambre, les lits sont tous occupés par des chinois. Reste un que je n'avais pas choisit et pour cause, un gars récemment venu s'est amusé à jouer Jakson Polock avec ses veines. Le matelas pourrait s'appeler composition en blood printing : Putain.
Je cherche mon sac a viande, mais non il est avec mon sac de couchage chez philippe. ok pour dormir habillé. L'ambiance est sympa, ils sont très prévenant avec moi et plutôt étonné qu'un étranger ne crèche pas dans l'hôtel d'en face. On partage la bouffe et on se raconte nos vies. Les jeunes parlent dès le primaire l'anglais, l'un bosse pour Nikon, deux autres sont des étudiants. Certains essayent de parler français. Je m'efforce de baratiner les quelques mots de chinois que j'ai appris. Bonjour : Niraho, épicé : la, pas épicé : boula,  j'en veux pas lâche moi la grappe : bou yao, je te trouve très jolie :  etc..
Parmi eux, un couple de quinquagénaires chinois observent et essayent de communiquer. Les jeunes décident de mettre le réveil à 5h30. Pour ma part, je me décide pour une mise à l'horizontal à 21h, claqué.
C'est alors que je constate que mes pieds dépassent de 10 cm la longueur du lit.
Les chinois quant à eux, continuent leur discussion.

23h. Ne pouvant pas dormir, je me lève pour aller aux toilettes.
Vous vous dites James ta vie intime ne nous intéresse pas. Justement ce que je veux vous raconter est un des plus grand moment d'intimité partagé avec des chinois. Un moment que je qualifierait d'étonnement, de surprise. Je rentre dans les toilettes composés de trois chiottes à la turc et deux pissotières. Sur les chiottes à la turc, deux chinois accroupis, entrain de faire leurs affaires. Comment je le sais? et bien c'est simple dans les chiottes communes, il n'y a pas de cloisons. Ils sont concentrés, pensifs et fume leur clope tout en fixant le mur d'en face. Ils sont dans un tel état de détente qu'il pourrait se passer un paquet de chips et ouvrir une bière.
Ils me faut quelques secondes pour reprendre mes esprits.
De retour « livide » dans mon bloc, je me colle un peu de réconfort dans les oreilles. « up and down and back again » de Powderfinger encore eux.
Bon , les chinois on fini leur bordel à minuit, après j'ai eu droit aux ronflements, un concert de pet et surtout le réveil qui sonne à 4h30 du mat. L'aurore était prévu à 6h12. 

En haut du « pic du singe qui observe la mer de nuage », j'ai une vue plongeante sur la vallée. J'adore les aurores. La brume qui se dissipe. Le soleil qui émerge et nous réchauffe. L'air pure déchargée d'humidité. 
Le soleil apparait peu à peu derrière les arêtes des montagnes jaunes. Les couleurs du ciel change du rose pale au rougeoiement puis bleu.


 
La marche de l'ouest.
Retour sur Tongku, j'opte de descendre vers l'ouest. 5 km jusqu'au téléphérique et pas plus de 8 du télépherique jusqu'à la porte ouest. J'envisage pas plus de 5 h de marche. En fait des marches, j'oublie simplement celles à gravir et à dégravir dans l'autre sens. Je me tue dans les montés et vomit dans les descentes. La marche de l'ouest passe par des sentiers suspendus. Des escaliers à descendre à la vertical et tout au bout des marches le vide. Dès que notre regard se lève de quelques degrés, on se sent près de basculer. 
Bref 9h de marche pour accéder au téléphérique. Ils me restent à affronter la queue de chinois qui bataillent pour entrer dans les cabines.


    
Partager cet article
Repost0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 18:08


Une semaine bien dense à Shang hai. Je crèche chez des amis du lycée ( ça nous rajeunit pas ) que j'avais pas vu depuis 1988 bien qu'en fait on ait du se croiser en 1993.
Ils n'ont quasiment pas changés, Florence a la même coupe de cheveux et la même silhouette de ses vingt ans bien qu'étant maman de deux petites minettes. Quant à Philippe, idem, non pas qu'il est gardé sa coupe de cheveux, mais toujours aussi cool, en dépit du fait qu'il doit assurer comme un chef avec sa petite famille et son poste de dirigeant.
Comment vous décrire Shang hai. 
Je monte dans le shanghai world financial center, ambiance ambiance !!! des hôtesses m'accueillent avec des fleurs et une pina colada fraiche à point et me demande si je ne veut pas un massage. décidement vous êtes pret à tout avaler !!
Je suis effectivement accueillit voir cueillit par une hôtesse qui me dirige immédiatement vers l'ascenseur N°3, attente. D'autres passagers me rejoignent. La porte s'ouvre, nous gagnons trois étages et un sas pour accéder aux étages supérieurs. Au centre une maquette représentant l'urbanisation de Pudong (le quartier des affaires). Nous sommes plongés dans le noir. Des marquages lumineux au sol, au plafond, aux murs et des sons dignes de star war cadencent la présentation.
Nouvel ascenseur.
C'est la cage pour nous télé-porter du 3ieme au 101 ieme étage. Au plafond l'altitude, en face une animation de cercles concentriques. Il faut moins de 5 mn pour arriver au 97ie étage. 
Reprenons comment vous décrire shang hai.
495 m. 17h30 Je passe la porte et entre dans le hall de l'observatoire. Le paysage est à couper le souffle.
La tour Jimao en contre bas, la pearltower, pudong, le bund quai au batiment des années 30. Des building ont poussé comme dans une champignonnières  et donne à cette ville un aspect futuriste que l'on retrouve dans le 5ieme éléments ou plus exactement me rappelait-on dans Blade runner. De grands batiments empilés sans agencement donnant un coté étouffant. 
Voila le crépuscule, shanghai la grise laisse place à néons city. Des neons de centaines de metres dessinent les arrêtes des tours, tandis que certaines facades se changent en grands écrans de plusieurs dizaines d'étages pour projeter de la publicité. Le bund éclairent ses façades. L'autoroute part en enfilade vers le sud ouest, entravant comme une coulée de lave la ville.
Partager cet article
Repost0
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 18:26

Voila, je vous ai tout dit ou presque sur ma Mongolie, maintenant reprenons le cours de l'histoire.

Le cours de l'histoire c'est que je suis devant le guichet et je souhaites partir le lendemain pour Shanghai. Je vais tenter de changer mon billet de train. Je fais la queue au guichet des réservations .

plus que deux... une personne. 50 cm sépare la personne en question de ma position. Ca y est mon tour, je m'avance mais un chinois s'intercale juste devant moi en tendant les billets.
En chine oubliez les conventions. La personne vient de me griller la place. Pas problèmes garçon !! Je prend mes deux mains que je place sous les bras du gars devant moi. Je le soulève comme un élévateur pour finalement le placer sur la droite. Le mec est étrangement étonné et s'offusque. Je tente de lui faire comprendre qu'il m'a grillé la politesse. J'explique mon cas, mais la guichetière ne parle pas anglais. Elle fait fort heureusement appel à une consoeur anglophone.
Le niveau sonore de l'hygiaphone est super faible et j'ai du mal à comprendre. Toujours sur ma droite, le chinois a deplus entrepris une conversation avec son mobile et parle comme s'il se croyait seul au monde.
Agacé, je le pousse du bras une première fois. Il s'éloigne un instant, mais manifestement le rebord du guichet l'aide à gérer sa fatigue. Et voila qu'il me crache sur les pompes. Et oui les chinois crachent comme ça ils peuvent néttoyer les sols avec leurs tongs.

Alors accoudé, je me relève, le regarde en désignant mes basquettes et lui indique par des gestes significatifs que même un sourd peut comprendre, que si il continue de brailler dans son phone, je ne vais rien entendre. Je l'écarte définitivement du bras pour le coller derrière moi dans la file. Et me replonge dans la conversation.
Voila qu'il se colle à mon sac à dos en pensant certainement que ça ira plus vite, tout en meuglant au téléphone.
 
ok utilisons sa méthode, concentre toi et fait appel à la force intérieure qui te gouverne petit scarabé: le fengchi. Là, il est vraiment très proche quand je trompette une sérénade, les sons sortent ronds et parfumés : un chef d'oeuvre !!! Parfumé à la coriandre, mais comme les moustiques, les chinois ont horreur de ça.
France 1, chine 0
Je me retourne, ils sont à un plus de un mêtre de mois.
Bon, et bien vamos à shanghai !!!!! 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 18:06
Debout, départ du train à 11h05 à la gare de Bejin sud. 
Hier soir en mangeant un hot pot sorte de fondu avec légume et viande, je me suis cassé une dent. Ce matin le morceau est parti  au brossage, la journée commence bien.
Bref j'enchaine,petidej, pack, checkout, et demande un taxi pour la gare. Nirao es possiblé to call un taxi , chéché (oui je suis polyglotte). Elle prend acte de ma demande et se barre; j'attends. J'attends. Reste un heure pour prendre le train.
Je la vois réapparaître : " heu mon taxi ?"
- il doit me rappeler. Je traduit directement du chinois
Plus que 45 minutes, je me casse va dans la rue, pour attraper un taxi.  
5 minutes plus tard je suis dans le taxi, je lui indique poliment que je dois me rendre à la gare bejin sud 
" I need to go to the fuck'n south bejin railway fuck'n station, can you go there quicly with you fuck'n car b'cause my fuck'n train is @ eleven "
Le mec a compris le message, mais la gare est comme même à 16 km.
Tain il part vers le nord, ok pour rattraper le périphérique, ok direction sur, hola evitement du pieton, tourne à droite, putain de vélo !!!!!
Un touriste s'est élancé sur la route au moment ou il tournait. Résultat le vélo a volé alliterais-je tout en contrepetant.
Discussion engueulade, je lache 20Y pour le driver et en cherche un autre, le temps est desomais compté, mais c'est encore possible.
Je choppe un autre Taxi,10h40 roule roule train d'enfer !!!
Embouteillage , grhhhhh
10h57 la gare est à 200 m, feux, rouge, puis vert, on est coincé derriere une voiture, j'ouvre ma fenetre et adopte la french attitude, classe, dignité et sérénité : " pousse ton gros cul de merde je vais rater mon train du con"
Reste une minute. merde je doit passer un contrôle de sécurité...
1mn plus tard je vois mon train s'éloigner...
Soyons positif, j'ai pu manger mon roast duck, trop bon !!!!!!!!
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 18:03

Le summer palace et le temple des lamas

Le ptemple de lama, un truc à voir, les bouddhistes chinois y viennent pour prier. Ce temple est "amazing" allerhop je vous le ressert. Des toits qui s'entrecroise dans des perspectives improprables, et puis un immense bouddha de 25 m. Pour la hauteur nous dirons 25 m mais certain disent 17 m. Alors pour le coup ce temple n'a pas été batti à l'époque des ming mais au 18ieme siecle et faisait office de résidence.

Pas tres loin el temple de Confucius, qui contrairement à ce que son nom peu laisser penser n'était pas un romain. Lui aura influencer la chine pour des siecles.*

En arpentant les hutong avec Alvaro, un espagnol avec qui j'ai discuté le matin même.

Nous entrons dans un musée de la scuplture. Nous nous faisons immédiatement alapagué par une nana qui nous explique que pour nous l'entrée est gratuite. Nous nous interrogeons sur ses intentions. En général ça se termine toujours par un truc à vendre. Mais là; elle nous veux en vedette pour un documentaire sur le musée en question.

Elle appelle les caméras. Interviews. Mise en scène. Nous posons entrain de discuter autour d'un bas relief genre un peu roman photos.

Bref mes amis je vous le dit dans le mille, je passe dans un mois à la télévision chinoise !!!!

 

Dejeuner dans un biboui, pas très loin du temple. Un repas pantagruelique pour 45Y soit 4,5€ tsing tao incluse.

Direction summer palace. J'en ai plein les jambes et surtout plein les yeux, mais là encore le lieu est splendide. Le palace est contruit sur une ile et domine le lac, les jardins, temples, galeries, pavillions allentour. Ce site a surtout vecu au 18ieme siecle et 19 ieme siecleet les jardins imperiaux.On ere dans .

 

Un derniere incursion dans la ville Bejin au parc Olymic, valable plutot la nuit et demain prevu pour Shang hai.

Eh et mon roast duck....

Pas le temps.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 17:59

4 jours none stop de visites, hyper tuante tellement tu crapahutes


Le temple du ciel (heaven)

J'ai decidé de bouger mon body tot le matin, pour faire mon tai chi matinal avec les indigènes du pays. Je prend le métro (tres efficace, si le conducteur a du retard on l'execute, finalement ça a du bon la dictature) et débarque au temple du ciel. L'ambiance est au calme et au repos. On se laisse facilement entrainer dans ce parc, j'ai même envie de faire une grosse siestouille.

Bon je ne vous cache pas que les temples au bout du quinzieme se resemblent tous. Donc aller voir les photos ce sera plus simple.

En revanche l'endroit est une mine de personnages. Des vieux qui jouent aux dominos ou aux cartes, des jeunes et moins jeunes font des exercices d'un nouveau genre, avec un raquette tout en executant une danse, ils essayent de retenir sur le bout de la même raquette une balle que l'attraction terrestre tente imanquablement d'attirer vers le bas.

Cela s'execute à plusieurs et prend la forme d'un ballet. Au bout de l'allée, un senior se gratte le dos contre un arbre. Nous y voila, un orchestre s'est improvisé, des harmonicas, des congas (cela y ressemble) et une femme chante une amourette tout en dansant lassivement. C'est légerement dissonnant. De l'autre coté, un poête maudit genre mike brant chante des chansons d'amour devant un publique de femmes conquises qui tappent des mains. Un chinois vetu d'un vetement soie rouge traditionnel tente une approche sur deux donzelles. Dans le parc, je m'assie sur un banc et écoute la musique de joueur de flutte qui s'entraine dans les bois. C'est magnifique et celeste, c'est ça le parc du temple of heaven.

      

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 15:59
Aujourd'hui (le 9 ?), la cité interdite, je colle mon réveille à 7h pour être sur le pont

9h15, je me lève

un thé, un gâteau, un mooncake.

Colle mon canon dans mon sac, basquettes. get out

j'arrive dans la grande avenue qui mène à la cité interdite, nommée ainsi pour le nombre de flics qui trônent devant l'entrée. Je passe la première porte, la deuxième take a ticket et go. Il y a un monde dingue mais moins qu'il y a 3 jours. Mais beaucoup plus que mon premier jour à pekin avant d'aller en mongolie.

Les chinois étant d'une efficacité redoutable, j'attends quasiment pas pour avoir mon ticket.

L'endroit est tout simplement magnifique. La cité s'étend du sud au nord. la première porte est au sud de l'ensemble et plus on monte vers le nord plus les bâtiments revêtent d'importance. Toutes ces couleurs ! Vu là encore la distance à parcourir j'opte pour le principale les palais de l'empereur, les différentes pagodes, les parcs, les dépendances la totales quoi !!!

Petit info bande de béotiens, la cité interdite comme tout les bâtiments encore debout pour ainsi dire date de l'époque des quing et des ming, à croire qu'avant il n'y avait rien. Enfin pour ainsi dire, c'est l'époque culturelle la chine. Pour que ce poste passe les firewall, je dirais que ce n'est rien par rapport à l'apport de la révolution culturelle.

 Je vous fait un description rapide, on pénètre dans la cité interdite par la porte sud, la porte du midi, on passe des petits ponts et puis une deuxième porte celle de l'harmonie suprême. Harmonie quand tu nous tiens. En suite là ça devient vraiment sérieux, il y a le palais de l'harmonie en haut duquel trônait l'empereur pour recevoir ses sujets au plus 100 000. Ce qui ne représente que 0,000065 % de la population actuelle. Quand je vous dit que cela fout le vertige.

Mais revenons à l'essentiel, le palais de l'harmonie suprême était utilisé pour les anniversaires et les garden party. Au nord de ce bâtiment, le palais de l'harmonie moyenne, la c'est un peu backstage, la cérémonie off avec les groupies et les ministres. Après le palais de l'harmonie moyenne, je vous le donne dans le mille : le palais de l'harmonie préservé, il fallait s'y attendre, réservé aux banquets, le tout en crypté. Au nord de ce groupe de palais, ceux des appartements, nommés palais de la pureté céleste et de l'union. La c'est du chaud bouillant.

A retenir sur la partie Est de la cité interdite, le musée des horloges. Une collection de folie. A mon avis, il n'y avait aucun moyen pour qu'il arrive en retard au taf Napoleon, sinon c'est qu'il avait cané dans la nuit. Une quantité phénoménale d'horloges avec des mécanismes et des formes inimaginables.

 C'est reposant de se balader dans la cité interdite, j'y reste la journée, traine dans les coursives des annexes sous les cyprès, je m'endort et rêve.

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 16:48

Ma journée de marche sur la muraille de chine. de jinshanling à sumatai. Cette structure est à proprement parler 'huge" ou plus simplement en francais dans le text impressionnant. 
Il faut parfois grimper quasiment à la verticale pour arriver certaine tour. Comment pouvait on se battre en haut de cette muraille ?
Je me suis tapper les 10 km qui separe les deux sites, grandiose mais wo fatiguant, ca monte monte monte, puis descend descend, monte monte monte et descend descend, tu as compris le principe alors repete apres moi.
Seul hic à cette scene , il faisait pas vraiment beau. c'était plutot regretable, j'avais demandé du beau temps, il ont vraiment un service de merde on dirait la France.
Les tours sont perchées sur les sommets les plus hauts c'est vraiment tres impressionnant. Cela domine les montagnes alentours. C'est magique. 
Je suis entrain d'ecrire ça je suis dans le salon de l'hotel le new dragon, il passe la musique des jeux olympique de Bejing. tres sympas comme musique, tres optimiste, je me suis fait piégé. Attention ils attaquent le solo de guitard.
On imagine aisément ces tours et ces murailles perdues dans la brume matinale.
Partager cet article
Repost0